Docteur

Stéphan Courteix
  • Architecte, Dr en Psychologie clinique
  • Cabinet ATIS Phalène
  • Lyon
  • France (FR)

Stéphan COURTEIX est architecte, programmiste et assistant maître d’ouvrage dans les secteurs social, médico-social et sanitaire. Il exerce, partout en France, au sein du cabinet ATIS Phalène (Analyse Technique Ingénierie Sociale), dont il est associé et responsable du secteur immobilier. Titulaire d’un Doctorat en Psychopathologie et Psychologie Clinique, il est également enseignant-chercheur – en formations initiale et continue – à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon depuis près de 20 ans, et intervient ponctuellement en qualité d’expert-conseil et de formateur dans les secteurs de la santé, de la santé mentale et de l’éducation spécialisée (ARAFDES, CREAI, en IFCS et ITS), ainsi qu’en analyse de la pratique sur les problématiques liées à l’espace. Ses travaux de recherche scientifique s’orientent sur l’architecture et les situations de handicap (autisme, gérontologie, troubles psychiques).

Habiter : une condition pour être au monde
  • 14/12/2016
  • 14:00
  • Salle 1
L’espace constitue l’une des dimensions les plus fondamentales de notre construction psychique et identitaire. C’est une catégorie qui n’existe pas en soi, elle procède d’une élaboration longue, complexe, à laquelle s’attèle le Sujet dès sa venue au monde, et qu’il ne cesse de poursuivre sa vie durant. Dans cette quête de limites, d’une enveloppe, d’une place… qui nous permettront d’être au monde et d’entrer en relation avec les autres, un lieu tient une place toute particulière : l’habitat. Celui (ou ceux) que l’on a connu(s), enfant ; celui (ou ceux) que l’on occupe, adulte. Tous remplissent en effet, tant au niveau psychique que social, des fonctions importantes dans le développement, le ressourcement et l’épanouissement du Sujet. Mais qu’en est-il pour les personnes qui, en situation de handicap, ont difficilement accès à d’autres formes d’hébergement que celles proposées par les institutions médicosociales, ou dans des logements de droits communs qui ne leur sont pas adaptés ? Nous examinerons ainsi la place qu’occupe l’habitat dans la construction de soi et les principaux processus en jeu, afin de montrer combien les fonctions psychiques de l’habiter sont trop peu et partiellement – voire paradoxalement – mobilisées dans les substituts de domicile institutionnels, et plaider pour le développement de nouvelles formes d’habitat, adaptées, susceptibles d’accompagner l’épanouissement des plus vulnérables au sein de notre société.
Atelier forum "Des logements adaptés… Comment ? Pourquoi ?"
  • 15/12/2016
  • 16:00
  • Salle 1
Une présentation inaugurale de 30 à 40 min. mettra l’accent, à partir d’exemples tirés de différents types d’opérations à destination de personnes en situation de handicap, sur les caractéristiques environnementales à prendre en considération dans la perspective d’adapter les espaces de vie aux plus vulnérables : configurations spatiales, paramètres d’ambiance (acoustique, visuelle, lumineuse, thermique), matériaux, équipements, aménagements extérieurs… Les opérations d’habitat adapté, encore trop récentes, éparses et trop peu nombreuses pour permettre de constituer un véritable référentiel, cet « état de l’art » sera principalement issus de retours d’expériences, d’expertises et de travaux de recherche menés sur des constructions médicosociales, dont on tentera de tirer les enseignements pour proposer des pistes de travail et identifier les écueils, s’agissant de promouvoir des formes adaptées d’habitat partagé et accompagné. Différents types de public seront évoqués : personnes âgées, personnes porteuses de TSA, personnes en situation de handicap moteur (IMC, par exemple) et/ou psychique… S’ensuivra un temps de débat et d’échange.